foireVous avez dit liseuse ?

Longtemps réfractaire à l’idée de lire sur tablette ou liseuse, c’est mon appartement qui a fini par avoir le dernier mot !

Pourquoi ?

Comment ?

Parce qu’un jour il m’a fait comprendre – à force de livres empilés dans les toilettes (bien sûr), sur la machine à laver (c’est moins évident), ou sur les radiateurs (carrément novateur !), que ce n’était tout bonnement plus possible ! images-1J’avais trop de livres !

Ce n’est pourtant pas faute, au fil des ans et des déménagements – près d’une vingtaine, entre cinq pays et deux continents – d’en avoir donné ou vendu (très rarement jeté) !

Mais il me fallait me rendre à l’évidence : je n’avais vraiment plus de place où les stocker – l’espace en dessous de mon lit était déjà envahi par les DVD – et plus tellement d’endroits dans mon petit appartement où caser une bibliothèque supplémentaire…

Le moment crucial du choix

J’ai donc été faire un tour sur Amazon dont je suis déjà cliente (oui, je sais) et, après moult réflexions, et hésitations entre tablette et liseuse, j’ai opté pour une liseuse, plus adaptée à la lecture qu’une tablette, m’a conseillé je ne sais plus qui qui devait posséder les deux.

Mon choix s’est porté sur une liseuse kindle paperwhite (n & b) nouveau modèle (en 2012) équipé d’un rétro éclairage, et comme je l’ai achetée d’occasion, je me suis offert une housse de protection en prime.

Amis belges (ou suisses ou ou ou), attention : vous ne pouvez pas commander de kindle à faire livrer ailleurs qu’en France  via amazon.fr, il vous faut alors impérativement passer via amazon.com (une sombre histoire de droits d’auteur, je crois).

Marche à suivre

imagesElle est simple ! Il vous suffit dans un premier temps d’enregistrer la bête, puis de la charger, d’activer la wifi et de commander votre premier e-book. Si vous avez le moindre souci, le service clientèle d’Amazon – toujours aimable bien que sous-payé – est là pour vous aider, y compris par téléphone.

Astuce : ne voulant pas de la wifi chez moi, je commande mes e-books via le kindle pour Mac (qui existe aussi pour PC), puis branche la liseuse sur le Mac via le clavier et je transfère !

Avantages immédiats

Les kindle sont moins chers que les livres papier, surtout du côté anglo-saxon, en moyenne 5 euros de moins du côté francophone (c’est encore trop peu), avec néanmoins ce constat absurde qu’un poche est souvent moins cher qu’un kindle !

Il y a néanmoins parfois des bonnes affaires à glaner, ainsi ce kinde de Le Maître et Marguerite pour 1 euro et quelques !

Astuce : tous les ouvrages du domaine public sont disponibles gratuitement en kindle ! Faites juste attention aux ouvrages étrangers et à leur traduction, souvent celle d’origine à une époque où les traductions étaient peu soignées et peu respectueuses, quand elles n’étaient pas carrément bancales ! Consultez sur Amazon les différents commentaires autour d’Anna Karénine et vous comprendrez.

544791_629385783743004_923020563_n

Les plus (14)

Le prix, voire la gratuité pour certains ouvrages (voir plus haut).

Le gain de place déjà évoqué

La “transportabilité”

On peut lire le kindle dans son bain sans mouiller les pages, et sans risquer d’être électrocuté non plus !

Le confort de lecture grâce au rétro éclairage

Plus de mille livres stockés, de quoi vous occuper jusqu’à la fin de votre vie …

La possibilité d’agrandir les lettres

La disponibilité immédiate et la fin des ruptures de stock

La facilité de lecture, les pages se “tournent” à une vitesse phénoménale !

L’impression, avec le rétro-éclairage (qui permet de lire dans le noir), de plonger au coeur du livre, de l’histoire, de l’action !

Le poids réduit quand il s’agit d’un gros livre (essayez le Moix de la rentrée 2013 version papier et vous m’en direz des nouvelles)

On peut surligner et/ou annoter un texte, comme dans un vrai livre (mais ça demande un petit coup de main). Et l’on dispose d’un signet ! D’ailleurs, lorsque l’on clique sur un livre refermé la veille, ce dernier s’ouvre pile poil là où on l’avait refermé !

La possibilité de remboursement dans les 7 jours si un livre vous a choqué – entre autres raisons offertes par Amazon – ou si vous estimez qu’il s’agit d’un mauvais article.

Plus de dimanche sans livre à se mettre sous la dent, ni de librairie fermée à l’heure où vous voudriez tellement acheter ce livre dont tout le monde parle. Si vous avez la connexion wifi intégrée, vous pouvez passer commande depuis votre lit ou votre canapé !

Envie de lire immédiatement un livre présenté à La Grande librairie ? Avec le kindle c’est possible.

Les moins (6)

La perte de repères (1) : dans la “bibliothèque” de votre kindle (du paperwhite en tout cas), tous les livres ont la même couverture n&b pour moi qui n’ai pas la wifi, c’est moche.

La perte de repères  (2) : quand vous entamez une lecture, non seulement la typo & présentation de chaque livre est la même – et si vous augmentez la taille des lettres la mise en page devient parfois bancale – mais vous ne savez pas vraiment où vous allez. C’est un peu comme un voyage en terre inconnue, une perte totale des habituels repères, et comme tout voyage dans un nouveau pays vous risquez, dans un premier temps, d’être perturbé. Car il n’y a par exemple plus de numéros de pages ! Juste un nombre d’heures (très approximatif) de lecture à prévoir et un nombre de pages chiffré en %.

L’impossibilité de prêter un kindle s’il vous a plu, ils sont tous verrouillés ; par contre, je crois qu’il y a moyen d’en offrir ? (mais je n’ai pas bien compris la manoeuvre).

188408_536591483047723_671449479_nL’absence de l’odeur du papier, de la beauté de l’objet livre…

La perte de vitesse 1 & 2 : quand la batterie vous plante au milieu d’un chapitre palpitant – j’ai eu la blague et ce fut héroïque – genre au beau milieu de votre Stephen King préféré !?

Le manque d’autonomie de la batterie, justement, pour les grands lecteurs, auxquels ne s’applique pas ce que vante Amazon. Il se peut que ce soit lié au fait que mon kindle ait été acheté d’occasion, et mal rechargé lors de la première utilisation par l’utilisateur précédent. Votre avis sur le sujet m’intéresse si vous en avez un.

*

D’ailleurs, tous vos avis sur le sujet m’intéressent si vous en avez un, n’oubliez pas de laisser vos commentaires plus bas dans la case prévue à cet effet, y compris si j’ai pu omettre certains inconvénients qui, vous l’avez constaté, sont largement supplantés par les avantages, à mes yeux en tout cas.

Au plaisir de vous lire, donc, en espérant vous avoir brossé un portrait appétissant de dame liseuse qui est plutôt une belle innovation, et c’est une fan de l’objet livre qui vous le dit ! Je ne commande pas (encore) tous mes livres au format kindle, juste ceux que j’estime mineurs, trop chers en version papier, ou que je pense ne pas vouloir prêter ou relire. Mais je finirai peut-être par évoluer…

11459_548233378561859_2096845750_n

Télécharger cette page en PDF

4 commentaires

  1. Tipram Poivre sur 11 août 2014 à 11:08

    J’exerce le métier de traductrice et de correctrice.
    J’ai voulu faire l’expérience de la liseuse en 2013. Je n’ai pas eu à le regretter, car cela a bien facilité mon travail. Je convertis en effet les textes qui me sont confiés en ePub (le format pour les liseuses, sauf Kindle et Mac), et curieusement, avec la liseuse, je ne laisse plus passer aucune coquille.

    Je n’ai pas choisi Kindle parce que j’ai été rebutée par leur format propriétaire. Mais ce qui est disponible sur le marché aujourd’hui offre à peu près les mêmes caractéristiques.

    Je suis d’accord avec tous les plus que vous énumérez.
    Quant à la liste des moins, avec la liseuse que j’utilise, je n’ai pas rencontré de problème de batterie, du moins jusqu’à présent.

    Je suis moi aussi une amoureuse du livre papier, mais je réserve désormais ces achats aux beaux livres.

    Merci pour votre article. Je vous souhaite de très bonnes lectures avec votre Kindle.

    Tipram

    • Edith sur 11 août 2014 à 2:18

      Merci à vous pour ce commentaire détaillé qui me conforte dans mes impressions. Et ravie de savoir qu’il y a mieux que kindle, ce dont je ne doutais pas ! Belle continuation à vous !

  2. Edith Soonckindt sur 10 août 2014 à 2:24

    Ooooh, merci à vous, Jean-Paul, et contente, vraiment, d’avoir pu être utile à au moins un lecteur (avisé qui plus est) ! 🙂

  3. jean-paul sur 10 août 2014 à 2:10

    Quel excellent article ! Il tombe vraiment à pic car, exaspéré depuis un certain temps de voir mon horizon bouché par des piles de livres, je me suis dit qu’il serait assez urgent que je me renseigne sur les liseuses et tablettes, même si, moi aussi, je vénère (presque) le livre en tant qu’objet.
    Merci de cette analyse et de vos conseils judicieux qui me seront d’un grand secours pour arrêter mon choix.

Laissez un commentaire





CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.